899204e2 a999 4f6d 92ee 94695c6e7e58lite1

Qu’est-ce que la Lithothérapie ?

Étymologiquement, la Lithothérapie vient du mot grec « lithos », ce qui signifie « pierre » et « Therapia », ce qui veut dire « cure ». Elle désigne au sens littéral une méthode qui soigne l’usage des Pierres. On entend par Lithothérapie une pseudoscience qui permet de soigner plusieurs maladies à base de pierres et plus précisément avec des cristaux. Pour les scientifiques les effets curatifs attribués à ces pierres sont dûs à l’effet placebo. Le terme Lithotérapie a vu le jour pour la première fois au vingtième siècle, plus précisément en 1938 dans le livre « Revue de la pharmacie » écrit par Philip Shorr.

Comment pratique-t-on la lithothérapie ? 

Pour les spécialistes de la lithothérapie, les cristaux utilisés pour guérir les maladies émettent une énergie dite « fine ». Ils sont efficaces qu’ils soient bruts, polis ou taillés. Pour bénéficier de leurs propriétés curatives, il faut soit les porter sur soi (sous la forme d’un pendentif, d’un collier, d’un bracelet), ou tout simplement sous sa forme brute. 

Les cristaux agissent sur la fréquence vibratoire de certains points du corps. Johann Chevillard, célèbre lithothérapeuteexplique que : « Chaque cristal a sa propre vibration en fonction de sa couleur, ses oligots-éléments et son système cristallin, qui va venir influencer les corps physiques et les corps énergétiques ».

Il renchérit en disant que le critère le plus important pour espérer un changement est « d’entrer en résonnance avec les pierres, se mettre à l’écoute de leur énergie. Donc, créer un lien avec elles. Les pierres ne sont pas magiques. Elles ne peuvent pas nous guérir et faire tout le travail à notre place, mais nous accompagner dans notre démarche d’amélioration ».

Quelle pierre pour quels maux ?

Il existe une variété de pierres avec des vertus différentes les unes des autres. Voici donc quelques exemples :

Le bois fossilisé

C’est un minéral de couleur marron qui apporte une certaine stabilité et qui installe un sentiment de sécurité au sein de votre être. Le bois fossilisé favorise la méditation. Il a un aspect extérieur très doux. Ce type de minéral a la particularité d’être toléré par presque tout le monde. 

La Tourmaline noire

Si vous êtes dans un état d’anxiété, ne cherchez plus loin. C’est la pierre qu’il vous faut. Elle est connue pour adoucir les ondes électromagnétiques. C’est un minéral qui a la vertu d’absorber les énergies polluées qui sont en vous. 

Elle draine ces énergies stagnantes qui restent en nous et que nous traînons après une dispute sans le savoir, favorisant ainsi leurs évacuations par le bas. La tourmaline noire peut aussi se connecter profondément à nos racines.     

Le Jaspe rouge

Ce minéral est un peu spécial. Il est peut-être moins connu, mais c’est la pierre miraculeuse par excellence. Car elle permet de faire bouger les choses comme on le dit. Elle nous redonne du courage, de la force ainsi que de l’énergie pour concrétiser nos projets. 

Cette pierre a l’avantage d’être comparée à d’autres minéraux comme le rubis ou le grenat. Sa couleur rouge fait partie des couleurs d’ancrage, ce qui procure à son détenteur de la vitalité.

6f8f6ed5 fc18 4414 9ce1 0f6f1bb61e61lite1

À la découverte des connaissances Cabalistiques

La Cabbale est une tradition ésotérique qui remonte aux origines de la religion juive (judaïsme). De façon générale, le mot Cabbale désigne « réception ». Elle caractérise alors celui qui a reçu la tradition. En effet, elle tire sa source des Tables de la loi donnée par Dieu à Moïse sur le mont Sinaï ainsi que celle de la loi écrite et publique appelée « la Torah ». Aussi, cette tradition confère à l’homme une plus grande compréhension des créations divines. De façon plus spirituelle, elle constitue un ensemble de spéculations métaphysiques sur l’être divin (Dieu). 

Description du système de la Cabbale 

Depuis quelques années, le terme « Cabbale » a été récupéré par plusieurs religions parmi lesquelles figure le Centre de la Kabbale où l’on retrouve de grandes personnalités qui en sont adeptes.

En effet, la Cabbale est une tradition dont les secrets sont préservés par ses partisans. La légende raconte que lorsqu’une personne réussissait à obtenir une partie de la connaissance de cette tradition, celle manquante venait intuitivement à celle-ci.

Aussi, les recherches ont montré qu’avant l’existence des juifs et plus précisément du judaïsme en Palestine, en Égypte antique et en Babylone, il existait une forme assez développée du cabbalisme. Cela s’explique par le fait que tous les dieux et déesses aient été ajustés à l’image de la Cabbale. Aussi, on estime que les musulmans étaient beaucoup plus proches des connaissances de cette tradition que les chrétiens. Ceux-ci ont réussi à faire des invocations d’esprit de toutes sortes, qu’elles soient bonnes ou mauvaises.

Par ailleurs, la Cabbale est en quelque sorte opposée à la philosophie qui tend à diminuer l’influence de la religion et surtout du surnaturel. Aussi, la compréhension intime ainsi qu’une bonne maîtrise de la Cabbale ont le mérite de favoriser un rapprochement entre Dieu et les Hommes, selon ses adhérents. 

L’arbre de vie

L’arbre de vie représente dans le système Cabalistique, les lois de l’univers. Il est une adaptation hébraïque (juive) de symboles déjà présents au sein des civilisations antiques. En guise d’exemple, on retrouve en Égypte un sycomore sacré et un pilier Djeb, qui s’apparentent au symbolisme de l’arbre de vie. Ce dernier est en quelque sorte aperçu comme une représentation du processus de la création évoquant ainsi le Macrocosme (l’univers) et le Microcosme (l’être humain).

En effet, la Cabbale utilise la représentation de l’arbre de vie afin de distinguer l’univers infini du Dieu unique et Créateur, pour ainsi expliquer le processus qui aurait abouti à la création du monde. L’arbre de vie est également sollicité en magie hermétique. Il est formé de quatre mondes, de dix centres énergétiques ou numérotations encore appelées Sephiroth (Le Kether, la Chokhmah, la Binah, Daath, Chesed, Gueburath, Tiphareth, Netzach, Hod, Yesod, Malkhuth). On y retrouve également trois voiles d’existence négative non manifestée, trois piliers et 22 sentiers. 

À travers ce système, vous avez la possibilité de comprendre votre passé, votre présent ainsi que votre futur. Cela vous permet ainsi d’avoir entièrement le contrôle de votre vie. Pour atteindre ce niveau de contrôle total, il faut avoir une connaissance totale sur les institutions et les choses qui sont interconnectées entre elles sous la protection des différents Sephiroth.  

c35c809b 1809 40c2 b009 6c06cc1edb86lite1

Qu’est ce que l’hématomancie?

Encore appelée sanguimancie, l’hématomancie se situe entre la magie rouge et la nécrophilie. Il s’agit d’une mode de divination qui utilise le sang comme source de pouvoir pour ses différents rituels. On y retrouve également d’autres souillures qui proviennent du corps humain (urinesueur, salive, sécrétions vaginales ou encore le sperme). En réalité, cette pratique magique est souvent réalisée de façon complémentaire avec d’autres formes de magie ou pendant un rituel spécifique. Elle est utilisée pour lancer des sorts de magie noire ou encore pour intensifier les effets d’un rituel magique.  

Quel sang utilise-t-on pour les rituels de l’hématomancie ?

À l’origine, l’hématomancie utilisait pour ses rituels le sang humain. Dans le cas des sacrifices humains, la victime peut être consentante ou non. Mais ces pratiques ont connu une grande évolution ces dernières années. Ainsi, aujourd’hui, le sang des animaux est utilisé en remplacement à celui de l’homme. 

Toutefois, il est possible d’utiliser votre propre sang pour accomplir le rituel. En réalité, les sangs recueillis sont souvent utilisés en guise de sacrifice notamment des rituels appelés messes noires. Par ailleurs, dans plusieurs pays africains et antillais où cette forme de magie se pratique, on utilise plus souvent les poulets, les rats ou encore les serpents pour réaliser lesdits rituels.

Les règles indispensables pour réussir les rituels de l’hématomancie    

L’hématomancie est un art divinatoire qui procure beaucoup de pouvoirs à ses pratiquants. Cependant, elle reste une forme de magie très dangereuse. C’est pourquoi, sa pratique est régie par des règles qui nécessitent une grande attention. Celles-ci se présentent comme suit :

  • être sûr des actes que vous voulez poser, car les sorts sont irréversibles ;
  • le sang, élément indispensable aux rituels, doit être respecté ;
  • prendre un certain nombre de précautions, car le sang peut servir à lier deux personnes si la magie est pratiquée à cette fin ;
  • savoir qu’aucun retour possible n’est à espérer après qu’un sort ait été lancé ;
  • une mauvaise utilisation du sang peut être un facteur de développement de certaines maladies ; 
  • prendre soin de bien désinfecter les différents matériels (aiguille ou lame) ayant servi à manipuler le sang.

Quels sont les rituels pratiqués dans l’hématomancie ?

Il existe un grand nombre de rituels entrant dans le cadre de la pratique de l’hématomancie. 

La consécration

Elle est réalisée pour consacrer des objets à des fins rituelles de façon générale. Cette pratique consiste à marquer l’objet en question d’une petite goutte de sang tout en prononçant des paroles incantatoires. Cependant, vous devez bien les prononcer.

La purification/protection

Pour pratiquer ce rituel, il faut réaliser un cercle de protection avec le sang, qu’il soit de vous ou provenant d’autres sources. Vous pouvez brûler votre sang avec de l’encens pour signifier aux esprits que le lieu où vous vous trouvez est le vôtre. Aussi, le cercle formé peut vous permettre de renforcer les propriétés magiques de votre encens.

Les pactes

Faire couler du sang lors d’un pacte est un acte sacré. Cela peut être en lien avec une partie de votre être ou encore de votre âme. En effet, le pacte peut être un contrat que vous établissez avec une autre personne ou une entité donnée. Toutefois, il est important de comprendre les tenants et aboutissants dudit pacte avant de vous lancer.

numerologie karmique

Qu’est ce que la numérologie karmique ?

La numérologie karmique prend de plus en plus d’ampleur dans le monde, et les consultants de cette catégorie deviennent plus nombreux. Tout le monde a envie de connaître son futur, en liaison avec son passé, qu’il soit prometteur ou pas.

La numérologie

La numérologie est la science qui utilise les chiffres ou les nombres pour faire des prédictions. Selon elle, chaque individu a un numéro qui lui est attribué. En fait, les nombres de la numérologie se comportent comme les signes du zodiaque. Chaque numéro fait allusion à un type de personnage donné avec des caractères spécifiques qui lui sont rattachés.

Mais contrairement aux signes du zodiaque, les nombres ici ne s’attribuent pas aussi facilement. C’est vrai que leur attribution tient compte des dates de naissance, mais il y a d’autres facteurs nécessaires à prendre en compte également dans leurs déterminations.

Le Karma

le Karma

Le karma est une sorte de concept intégrée dans plusieurs religions. Ce concept enseigne que « chaque être humain subit plusieurs réincarnations sur terre afin d’expier tous ses péchés ». Cette croyance soutient que l’humain ne peut pas évoluer vers d’autres sphères plus élevées sans avoir accompli la mission pour laquelle il a été envoyé.

La numérologie karmique

La numérologie karmique fait intervenir le « karma et la numérologie  elle-même » dans un contexte de voyance. Le karma nous permet d’acquérir une certaine sagesse lors de nos différents passages sur terre en nous faisant payer nos dettes antérieures. Ces dettes sont souvent inconnues de tous, et l’humain n’arrivant pas à les restituer, continue sa marche vers la perdition. C’est dans ce contexte qu’interviennent la numérologie et ses moyens de vision.

La numérologie karmique vient donc révéler à l’homme les dettes de sa vie antérieure et les missions futures sous forme de nombres manquants. Ces derniers représentent les défauts, les mauvais caractères et les autres missions à accomplir pour faire évoluer l’âme vers une stabilité spirituelle ou un équilibre émotionnel.

Mais contrairement à ce que les gens pourraient croire, les dettes karmiques ne sont pas des punitions. Certes, elles exposent les mauvais actes du passé ou les comportements désapprouvés de la personne, mais elles sont là pour résoudre un problème. Ces dettes sont un héritage à bannir et c’est une chance de savoir qu’elles existent. C’est un moyen de renaissance, de devenir une personne meilleure que celle de la vie antérieure.

Les types de dettes karmiques

Les dettes karmiques se résument à 4 nombres à savoir : 13, 14, 16, et 19. Les numéros 1 incarnent l’humain, le subconscient. Ces premiers chiffres sont très importants, car ce sont eux qui révèlent réellement ce que la personne peut ressentir. Ils exposent un plan détaillé sur la vie du consultant ainsi que les situations difficiles qu’il rencontre et qui sont liées à ses dettes. Les seconds chiffres quant à eux sont différents.

Le numéro 3 fait allusion au travail, au monde professionnel, au travail à la maison et tous les contours. Il met en évidence tout ce qui a rapport avec le travail du consultant et ce qu’il doit faire par la suite.

Le numéro 4 signifie l’indépendance, la liberté et tout ce qui va avec. La liberté de mener sa vie selon ses propres convictions sans penser aux autres. La volonté de vouloir vivre indépendamment de son entourage, de faire ses choix sans être jugé et de ne rien devoir à personne.

Le numéro 6 est beaucoup plus sensible. Il concerne l’affection, la croyance et la foi. La foi que tout ira bien, même s’il y a une situation difficile à maîtriser. La foi que les évènements passés ne pourront impacter ceux du présent ni du futur.

Le numéro 9 touche l’orgueil et l’ego. Le consultant a certains problèmes liés à son égo. Il faudra y faire attention. Son orgueil pourra lui causer des ennuis s’il ne se reprend pas en main.